Chronique  » Appelle moi par ton nom » de André Aciman.

Bonsoir les dévoreurs !

Mon dieu, je sais que cela fait très longtemps. Je suis désolé, mais j’avais surtout besoin de stopper avec les chroniques et les services-presses. J’ai également stoppé tous les partenariats, car j’ai surtout eu l’impression d’être un robot. Je n’arrivais plus à savourer mes lectures telle comme il se doit. Franchement limite ça me dégoûtait… Donc d’ou cette pause.

Voilà, voilà, je reviens doucement avec mes chroniques :). Ce soir, je reviens surtout avec mon coup de cœur livresque 2018 : Call me by your name.

Voici la présentation de ce bébé :

Ce joli bijou est écrit par André Aciman son livre est disponible chez la maison éditions  » Grasset ». Il fait  336 pages et vous pouvez le trouver en version broché  sur AMAZON.

chronique

Mon avis :

Que puis-je dire de cette beauté ? Déjà je peux vous dire que c’est mon coup de cœur livresque 2018. Une pure merveille. Il m’a mis une claque monumentale !

Déjà, je n’aime pas tellement les romans sans trop de dialogues. J’aime quand ça parle, qu’il y ait des échanges.

Mais « call me by your name »… Pffff oui une véritable claque. Je ne pensais pas m’accrocher autant à ce bouquin.

Mais de quoi ça parle au juste pour l’avoir autant aimé ?

Voici le donc le résumé : Elio Perlman se souvient de l’été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d’Elio, éminent professeur de littérature. Cette année l’invité sera Oliver, dont le charme et l’intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l’on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. L’adolescent et le jeune professeur de philosophie s’apprivoisent et se fuient tour à tour, puis la confusion cède la place au désir et à la passion. Quand l’été se termine, Oliver repart aux États-Unis, et le père d’Elio lui fait savoir qu’il est loin de désapprouver cette relation singulière…

André a une plume tellement prenante, douce et poétique que c’est difficile de décrocher de cette merveille et rien que de le dire, j’en ai des frissons.
Les personnages sont très attachants, particulièrement Elio ; tout comme l’histoire du début à la fin. Il est un ado un peu difficile à cerner par moments, mais on finit par comprendre pourquoi il est, en quelque sorte, difficile pour lui d’assumer ses sentiments envers Oliver. Parce qu’au début, en lisant le livre, on comprend qu’il a du mal à savoir comment réagir et Oliver ne l’aide pas non plus mais pourtant dès que la phase d’acception est passée, vous êtes pris au piège avec eux.

Cette histoire est douce et bouleversante à la fois. En arrivant à la fin cela a été dur de me séparer d’Elio et d’Oliver, leur histoire d’amour est tellement touchante.
J’ai vraiment, vraiment eu du mal à m’en remettre. Difficile de trouver quoi lire après quand un bouquin pareil vous transporte si loin.

Pour sûr, je relirai ce bijou et je compte bien le relire pendant les grandes vacances.

OoOoO

Alors, est vous ? z’avez craqué pour ce bébé ? dite moi tout 😀

 A trés vite pour d’autres chroniques.

Publicités